Peut-on se chauffer au bois sans polluer ?

//Peut-on se chauffer au bois sans polluer ?

Peut-on se chauffer au bois sans polluer ?


On reproche en effet aux poêles et inserts d’être des sources d’émissions de particules fines. À tel point que l’année dernière en Flandre, au cœur de l’hiver, les autorités en charge des questions environnementales ont demandé aux gens de ne plus utiliser leur poêle à bois. Il va sans dire que ce message a non seulement culpabilisé les citoyens mais a également eu un impact économique considérable sur les fabricants et les distributeurs de poêles à bois et à pellets.

Même si les sources de particules fines sont multiples et difficiles à déterminer, le secteur des fabricants et distributeurs de poêles à bois, représenté par Agoria CIV (Chauffage Individuel / Individuele verwarming), est conscient que le parc des poêles installés dans les foyers belges est vétuste et que ces anciens appareils peuvent poser problème en termes d’impact sur la qualité de l’air. Agoria CIV estime que 65 pour cent des poêles installés dans notre pays ont plus de 15 ans.

C’est pour cette raison que les entreprises membres d’Agoria CIV investissent en permanence dans l’innovation pour mettre sur le marché des appareils performants dont les émissions sont limitées, voire minimales. Loin de l’image poussiéreuse et traditionnelle qui peut lui être associée, le secteur est actuellement impliqué dans de nombreux projets de recherche portant sur des domaines aussi variés que la combustion, la chimie des matériaux, les traitements de surfaces fonctionnalisées, la simulation numérique, l’internet des objets,… Des entreprises qui rivalisent donc d’ingéniosité afin de mettre sur le marché des solutions conciliant plaisir d’utilisation et performance environnementale.

Test-achats, qui comme Agoria CIV plaide pour un contrôle plus strict des normes européennes en matière d’émissions de particules des poêles, a d’ailleurs réalisé des tests dans le cadre de son récent dossier sur les poêles à pellets. Et les résultats obtenus sont encourageants. À l’image de Stûv (membre d’Agoria CIV) dont les appareils présentent, grâce à leur conception, un « rendement systématiquement supérieur à 90% » et « des résultats d’émissions largement en dessous des seuils imposés par la réglementation ». Mais ce n’est bien sûr pas la seule entreprise à développer des appareils de plus en plus propres et sûrs.

Des installateurs certifiés

Agoria CIV souhaite donc contribuer à une professionnalisation du secteur qui englobe non seulement les fabricants mais aussi les installateurs, car si les technologies se développent sans cesse pour proposer un rendement optimal, l’installation de l’appareil joue aussi un rôle crucial : un poêle mal installé peut perdre en performance. Agoria CIV est donc en train d’élaborer et mettre en place une formation pour les installateurs de poêles et inserts biomasse qui leur permette d’obtenir un label reconnu par le gouvernement. L’objectif d’Agoria CIV est d’arriver à 70% d’installateurs certifiés d’ici 2020.

Une politique de remplacement

Agoria CIV et ses membres plaident aussi pour que l’on développe en Wallonie et dans les autres régions une politique de remplacement, avec des poêles de dernière génération installés par des entreprises certifiées et une obligation de reprise pour éviter que les vieux poêles non performants ne retournent sur un marché de seconde main. L’objectif est que 10% des anciens appareils soient remplacés chaque année.   Cette politique de remplacement aura un impact non négligeable sur la qualité de l’air puisque les poêles les plus modernes sont bien plus performants en termes de réduction des émissions polluantes. À titre de comparaison, un feu ouvert traditionnel pollue autant que quatre appareils à bois ou pellets anciens ou que 278 appareils de dernière génération !

Un combustible de qualité

Il est essentiel de développer, dans chaque région et avec les instances officielles, des outils de communication et de sensibilisation relatifs à l’utilisation et l’entretien des installations vers les installateurs eux-mêmes, mais aussi vers les consommateurs. En effet, en plus d’être attentif au type d’appareil qu’il choisit, le consommateur a également un rôle à jouer en achetant un bois de qualité (introduction d’un label/charte de qualité pour le bois) et en utilisant la bonne technique d’allumage de son feu. Des tests démontrent par exemple clairement que le bois humide a un impact néfaste sur la création de particules fines.

Un plan d’action intégré

On le voit, aujourd’hui, utiliser un poêle à bois ou à pellets sans polluer c’est parfaitement possible mais cela implique d’élaborer un plan d’action et de communication intégré. C’est le travail réalisé par Agoria CIV avec ses entreprises membres. Ce plan d’action vise l’ensemble de la filière, depuis la commercialisation et l’installation à la qualité du bois. De plus, Agoria CIV s’engage également à faciliter les contacts entre ces différents acteurs ( fabricants, distributeurs, consommateurs et marchands de combustibles) et les autorités compétentes au niveau fédéral (SPF Santé) ainsi qu’aux niveaux régionaux.

Source: AGORIA, Guy Gommeren, Thierry Castagne, publié le 

2017-09-26T10:29:07+00:00 26/09/2017|

Centre de préférences de confidentialité

Fermer votre compte ?

Votre compte sera fermé et toutes les données seront définitivement supprimées et ne pourront pas être récupérées. Confirmez-vous ?