Conduit de fumée à tirage naturel 2017-06-07T14:02:41+00:00

Conduit de fumée à tirage naturel

Pour un conduit de fumée à tirage naturel c’est la différence entre la température des fumées et l’air extérieur qui créera le mouvement ascendant du tirage naturel.

 

 

Le conduit de fumée à tirage naturel se compose de 3 parties devant satisfaire à certaines exigences constructives (tant sur le plan technique que normatif) :

 

1. Le débouché des fumées:

Qu’elle soit en maçonnerie ou en métal, la sortie d’une cheminée en toiture doit être isolée et dépasser le faîte du toit d’au moins 40 cm (2 m minimum pour les toits plats).

La souche de la cheminée doit également offrir toutes les garanties de stabilité et d’étanchéité au passage de la toiture.

Pour les appareil individuel raccordé par le haut du conduit, il est également recommandé d’équiper la sortie des fumées d’un dispositif de protection contre la pluie.

 

2. Le conduit proprement dit:

La partie « conduit » est celle comprise entre le débouché en toiture et le plafond ou le mur de la pièce où est installé l’appareil.

Le conduit de fumée en tirage naturel, indépendamment des matériaux avec lequel il est réalisé, sera :

  • Isolé sur toute sa hauteur

 

  • Prévu pour résister aux températures des gaz de combustion

 

  • Le plus rectiligne possible (maximum 2 coudes à 45° si réalisé en métal, 2 x 20° si maçonné)

 

  • D’une hauteur suffisante (minimum 4,5 mètres)

 

  • Écarté suffisamment des matériaux combustibles qu’il traverse (plancher et charpente en bois)

 

  • Ramonable

 

  •  Étanche

 

  • D’une section adaptée à l’appareil qu’il dessert

 

  • Marqué CE : le marquage CE du conduit fournit les informations nécessaires quant aux propriétés du conduit installé en termes de résistance aux températures, à la corrosion, à l’étanchéité interne ainsi qu’au matériau qui le constitue.

 

3. Le raccordement de l’appareil:

Le plus souvent réalisé en tuyau simple paroi, le raccordement entre l’appareil et le conduit de fumée pourra avoir un rôle décoratif sil reste apparent. Il doit respecter la section de l’appareil, et être « visitable » s’il est encastré (c’est le cas des inserts).

Il doit respecter une distance de 5x son diamètre par rapport à un mur adjacent combustible, se connecter de manière étanche au conduit auquel il est raccordé et, si possible, être démontable pour les opérations d’entretien.

Le conduit de raccordement en simple paroi existe en fumisterie emmaillée ou en acier (pour poêle ou cuisinière).

 

 

 

Rénovation du conduit de fumée en tirage naturel

Si on souhaite réutiliser un conduit ancien, en maçonnerie par exemple, il est recommandé de faire vérifier son étanchéité, sa stabilité ainsi que sa section en vue de vérifier que son état est conforme aux exigences du nouvel appareil.

Le plus souvent, un « tubage » sera mis en œuvre afin de résoudre les défauts d’étanchéité et de résistance en température. L’opération consiste à glisser dans le conduit existant un tuyau, simple paroi rigide ou flexible en acier inox ou, dans certains cas, une gaine thermodurcissable en polymère.

Au préalable, il faudra s’assurer que l’inévitable réduction de section liée au tubage ne compromettra pas le fonctionnement de l’appareil.

 

Découvrez le conduit de fumée à tirage équilibré

Centre de préférences de confidentialité

Fermer votre compte ?

Votre compte sera fermé et toutes les données seront définitivement supprimées et ne pourront pas être récupérées. Confirmez-vous ?